28/09/2009

Le choix des mamans: amour et haine

Une fois n'étant pas coutume, je vais introduire un peu de concurrence entre deux quotidiens romands en vous redirigeant si le coeur vous en dit vers un article du matin publié il y a quelques semaines: http://www.lematin.ch/actu/suisse/mamans-choix-169737 Celui concerne deux actuelles conseillères nationales, une d'obédience UDC et l'autre Verte, qui font deux choix radicalement opposés: l'une renonce en l'état à sa carrière politique tandis que l'autre souhaite la poursuivre.

En fait, ce qui m'intéresse au plus haut point n'est pas tant l'article que les nombreux commentaires charmants concernant deux choix opposés concernant la conciliation d'une vie de femme (de future maman dans ce cas) et de politicienne. Car en partant animer un atelier sur le Green New Deal à l'université d'été des Verts Romands ce week-end - ou j'ai pris connaissance de cet article - je me suis retrouvée confrontée à mon pire cauchemar depuis que j'ai appris que je devrai assumer en parallèle ma campagne et ma grossesse: des marques de haine.

Que penser en effet de commentaires tels que: "ces dames n'ont qu'à prendre un chien". Selon quelle loi divine y aurait-il une impossibilité de souhaiter être maman et en même temps d'avoir l'ambition de créer un meilleur avenir pour nos enfants, par la voie politique?

Certains commentaires heureusement me semblent plus judicieux et proposent une "voie du milieu" face à ce dilemne.

En ce qui me concerne, j'ai choisi de diminuer mon activité professionnelle mais de conserver mon activité politique, car elle correspond aux valeurs que je veux défendre en tant que jeune maman. Et je bénéficie du soutien de ma famille et de mon mari qui croit en mon projet, ce qui me permet d'envisager sereinement cette période passionante et compliquée. C'est une solution que je peux me permettre car je travaille depuis de nombreuses années dans l'optique de mettre de l'argent de côté pour investir dans un projet communautaire, et ca n'est malheureusement pas une option pour toutes les femmes.

Pourquoi ne pas considérer le couple/la famille comme une équipe et distribuer les tâches à réaliser en fonction des goûts et des possibilités de chacun? Pourquoi continuer à considérer de nos jours que la charge d'un enfant incombe seulement à la mère?

...Je suis pour l'établissement d'une véritable égalité et pour donner aux hommes plus de droits - et donc plus de devoirs - par rapport à nos enfants...

27/09/2009

Marche des femmes au Grand Conseil

Pour en savoir plus sur la marche des femmes au Grand Conseil...

http://www.tsr.ch/tsr/index.html?siteSect=500000#channel=...

ou encore

http://hannetons.blog.tdg.ch/archive/2009/09/27/les-femes...

J'ai eu quant à moi un grand plaisir à défiler et échanger avec les candidates - et les candidats - qui étaient venus exprimer leur attachement au chemin vers la parité...

24/09/2009

Promotion des femmes: plus de femmes dans les conseils d'administration

Une des mesures qui pourrait stimuler la présence des femmes dans les conseils d'administration serait d'y interdir le cumul de mandats. Cette mesure permettrait d'éviter que quelques têtes connues ne "squattent" l'intégralité des conseils d'administration et introduirait une plus grande diversité dans tous les domaines: classe d'âge, origine, genre... C'est vers cette proposition que va ma préférence.

Une autre mesure possible serait d'introduire des quotas de femmes dans les conseils d'administration mais cette mesure pourrait s'avérer plus restrictive sur la diversité et surtout, elle aurait l'inconvénient de faire "repartir au combat" celles et ceux qui pensent que la mixité dans les plus hautes instances n'a pas besoin de mesures directives et que "les choses s'amélioreront au fil du temps".

Mais au fond pourriez-vous me dire: pourquoi vouloir plus de femmes dans les conseils d'administration?

Le premier argument est d'ordre économique. Ainsi, s’engager pour faire reconnaître les compétences des femmes dans les entreprises, c’est non seulement faire progresser la cause des femmes mais également engager les entreprises dans une voie sociale et économique viable. Des études récentes démontrent que le nombre de femmes présentes dans les conseils d’administration a un impact positif sur la performance des entreprises !

De plus, avoir des femmes médiatisées dans les conseils d'administration permettront de trouver de nouveaux modèles pour les femmes cadres au sein des entreprises... Et dieu sait que ces modèles de femmes épanouies, évoluant dans les plus hautes arcanes sont de nos jours bien trop rare.

En ce qui me concerne, même si les mesures autoritaires n'auraient pas par défaut ma préférence, je me rends compte que sans un "coup de pouce du destin", les clichés mettront bien trop de temps à changer. Ainsi, les quotas comme la parité sont une solution honorable de transition vers un monde plus égalitaire.

 

23/09/2009

Candidate au Grand Conseil et Future Maman

M'engager pour une économie verte et durable est ce qui a motivé mon engagement politique. Mais les circonstances de la vie ont fait qu'un autre thème est devenu cher à mes yeux. Ainsi, deux grandes échéances m’attendent pour le mois d’Octobre.

La première, ce sont les élections cantonales du 11 Octobre où je me présente. La deuxième, plus personnelle, c’est l’attente d’un heureux évènement pour le 24 Octobre.

Tournesols.jpg

Bien sûr, cette double échéance a quelques contraintes, plutôt pragmatiques.  Quid par exemple des chaises disponibles sur les stands afin que la future maman puisse se reposer entre deux joutes verbales?

Mais plus fondamentalement, mon apparente grossesse suscite de nombreuses réactions de surprise ou de questionnement. Je dirais qu’en majorité, les personnes que je rencontre ont un élan de sympathie envers moi.

Mais j’ai pu observer d’autres réactions - plus ambigües - à mon ambition de conjuguer ces deux évènements majeurs de ma vie. Et bien sûr, beaucoup de préjugés apparaissent dans les discours apparemment bienveillants.

“Vous ne serez pas déçue si vous n’êtes pas élue car vous aurez bientôt un rôle à plein temps pour la vie”

Soyons clairs, ce bébé a été chèrement attendu et représente une grande joie pour moi. Mais devrais-je alors considérer que l’engagement politique que j’ai construit ces dernières années devrait s’arrêter avec l’arrivée de mon premier enfant? Je ne le pense pas.

Je vous dirai même que pour moi, s’engager en politique pour l’amélioration de notre société n’est pas incompatible avec l’envie de donner la vie et de construire à mon enfant la meilleure vie possible.

“Mais comment allez-vous faire pour vous occuper de votre enfant?”

Et bien… sans doute comme toutes les mamans actives ! En gérant mon emploi du temps en fonction de mes contraintes politiques, professionnelles et familiales. En plaçant mes priorités. Et oui, peut-être, en faisant quelques sacrifices de temps en temps, mais je ne serai ni la première ni la dernière à devoir les faire.

J’ajouterai que si mon parti, les Verts, promeuvent le principe de “subsidiarité”, alors je commencerai par appliquer ce principe à ma famille! Si les séances du Grand Conseil sont en soirée, alors je serai nounou de jour et politicienne le soir.

Car ce qui me surprend sans doute le plus dans toutes ces discussions, c’est l’absence de cette question-ci, que l’on pourrait de mille manières:

“Et le papa dans tout çà?”

Oui, le papa a un rôle. Il a un rôle car il a soutenu mon engagement politique. Il a un rôle car il deviendra le 24 Octobre un parent au même titre que moi. Il a un rôle car lui aussi peut être amené à s’interroger sur son planning et le temps qu’il pourra consacrer à son enfant.

De nos jours, beaucoup de projets ne pourraient se réaliser sans une complémentarité sincère au sein d’un couple et plus tard d’une famille.

Lorsque j’ai posé la question à de nombreuses femmes sur la manière dont elles avaient pu conjuguer leur vie familiale et leur engagement, j’ai bien souvent eu cette réponse: “avant toutes choses, j’ai un mari extraordinaire”.

Oui, c’est “extraordinaire” de nos jours de trouver un homme qui s’affranchisse des préjugés et qui adapte son mode de vie aux projets de sa famille.

C’est dommage que la société ne comprenne pas celà. C’est dommage que le temps partiel pour les hommes ne soit pas plus fréquent. C’est dommage que de nos jours on s’interroge encore sur la possibilité pour une femme politique d’être aussi maman et même une bonne maman.

Alors je vous dis une chose: si je suis élue au Grand Conseil, ce que j’espère du fond de mon coeur, je défendrai l’égalité des hommes et des femmes. Cela impliquera de revaloriser le travail des femmes bien sûr, mais également de revaloriser le rôle de l’homme en tant que parent.

Pour que les femmes ET les hommes puissent mener à bien leur carrière tout en préservant leur équilibre familial…

Pour en savoir plus sur moi: http://aurorebui.net