19/07/2011

Pour un air démocratique, Soudan, mon Soudan (c Souchon))

Le 09 Juillet 2011 est né un nouveau pays. Après une décennie de guerre, le Sud Soudan a déclaré son indépendance et est devenu le 193ème état de la planète. La France, les Etats-Unies et le Royaume-Uni l'ont déjà reconnu en tant que pays. Mais surtout, le gouvernement du Soudan qui avait freiné pendant des années son accession à l'indépendance a reconnu l'indépendance de son nouveau voisin avant même la cérémonie officielle.

Mais beaucoup reste à faire! Les deux pays ne se sont en effet toujours pas mis d'accord sur un ensemble de questions sensibles, dont les plus importantes concernent le tracé de la frontière et... le partage des revenus tirés du pétrole, le Sud détenant les gisements et le Nord les installations pétrolières. Espérons qu'à l'élan de joie provoqué par cette indépendance succèdera la stabilité politique nécessaire pour améliorer la vie des sud-soudanais.

Une plateforme de dons, Global Giving, recueille actuellement des dons pour aider les mères de la région d'Onura, qui sont encore nombreuses à mourir en couche. D'humeur généreuse? Suivez le lien http://bit.ly/npKbTo

 

Sources:
http://www.lemonde.fr/afrique/article/2011/07/09/quelles-relations-entre-le-soudan-et-le-nouvel-etat-du-sud-soudan_1546677_3212.html
http://www.lemonde.fr/afrique/article/2011/07/09/le-sud-soudan-proclame-son-independance_1546977_3212.html

 

 

Commentaires

Bien entendu vous ne voyez rien d'ironique a lancer un appel de dons pour un pays pétrolier ?

Écrit par : Eastwood | 19/07/2011

Bonjour Eastwood,
Ironique? Non, je pense que les personnes qui vivent dans un pays pétrolier ont autant le droit à une vie digne que celles qui vivent dans d'autres contrées. Je ne fais pas un appel de dons pour le pays, mais bien pour les personnes qui y vivent. Un pays qui est en guerre civile interethnique depuis des années, et dont une partie de la population n'avait pas accès à de nombreux services au cours de ces années.
Bien sûr, pour que cela fonctionne, il faut que l'organisme qui utilise les dons soit digne de confiance, et que les dons ne soient pas détournés. Et je connais suffisamment la plateforme de dons (GlobalGiving) pour savoir qu'ils essaient au maximum d'être attentifs à cela!)
Amicales salutations,
Aurore

Écrit par : Aurore Bui | 19/07/2011

Je ne doute pas que les personnes qui vivent dans un "pays pétrolier" ont droit a une vie digne. Ma remarque n'était pas dirigé contre eux, mais de l'ironie de tenter de réduire les drames personnels par un arrosage d'aide international sur un pays disposant de ressources inégalement partagées et par ailleurs en guerre civile.

Et pour continuer sur les ONG "digne de confiance", puisque vous connaissez bien "Global Giving" pourriez vous nous dire quelle part des dons fini effectivement dans leur frais administratif interne (c-a-d principalement dans le salaire des vocation de sauveur du monde) ? En moyenne c'est 60%.

Bien a vous.

Écrit par : Eastwood | 19/07/2011

Je suis d'accord avec vous que l'aide internationale ne devrait en théorie jamais remplacer les structures défaillantes d'un pays sur le long terme. J'ai une nette préférence pour les projets qui permettent de s'auto-financer, ou de donner la formation suffisante aux bénéficiaires pour qu'à terme ils puissent gérer le projet. Toutefois, j'avoue ne pas voir de problème à remplir un besoin temporaire, dans la logique des interventions d'urgence.
60%? Si c'est le cas, c'est un vrai problème. Pour moi, tout ce qui dépasse 15% est abusif. Je vais vérifier cette info de ce pas. J'espère que çà n'est pas la structure à deux niveaux (plateforme, puis ONGs) qui induit ce surcout.

Écrit par : Aurore Bui | 19/07/2011

En regardant sur le site, je vois 15% de fees. Est-ce que je peux vous demander où vous avez trouvé le chiffre de 60%? Cela m'intéresse d'avoir le détail

Écrit par : Aurore Bui | 19/07/2011

@ Aurore Bui

Perso, je trouve admirable de faire un don pour aider les mères de la région d'Onura. Sur le site de Global giving, on peut lire: "We ensure that at least 85% of your donation is on-the-ground within 60 days and has an immediate impact." En fait, Global Giving est, comme vous l'avez relevé, uniquement une plateforme et cela passe ensuite par une ONG. Il serait donc effectivement intéressant de savoir combien peut réellement être investi sur place.

Loin de moi l'idée de vouloir décourager certains de faire un don. Cela étant, ce qu'écrit Eastwood quant aux "frais" usuels dans "l'humanitaire" (appelons-le comme ça) fait réfléchir. Ces frais s'expliquent notamment par les salaires des "humanitaires" (appelons-les comme ça), surtout lorsqu'ils sont occidentaux.

Perso, je préfère le social entrepreneurship aux "dons" ou aux "projets humanitaires". Pour de multiples raisons qu'il serait un peu long d'expliquer. Cela étant, et d'une manière plus générale, je trouve la lecture de l'ouvrage de Dambisa Moyo particulièrement intéressante au sujet de l'aide internationale (plus particulièrement des gouvernements), même si forcément controversée. En voici le lien à toutes fins utiles: http://www.unmondelibre.org/Vuillemey_Moyo_aide_FR_240909

Écrit par : Ngabo | 19/07/2011

Les commentaires sont fermés.