18/07/2011

Un entretien... comme il ne devrait pas en exister

Retour vers le passé: je vais vous raconter deux entretiens que j'ai fait il y a une quinzaine d'années de cela. Mais je suis persuadée que ce type de méthodes existe encore, donc...


A la fin de mes études, après une année passée à Londres dans le cadre d'un échange (Erasmus), j'avais deux diplômes en poche: un diplôme d'ingénieur français et un master de telecommunications du King's College. Plutôt confiante donc en mes chances de trouver un job, j'ai envoyé différentes candidatures, et un beau jour, j'avais rendez-vous pour deux entretiens dans la région parisienne le même jour...

Premier entretien pour une boîte de télécom en création. Se présente comme une startup, même si elle est sponsorisée par Belgacom, et place tout de suite l'ambiance: "il faudra travailler dur". Bon, jusque là, çà va. Mais rapidement, le ton change. Premier axe d'attaque: le salaire. "Combien voulez-vous comme salaire? Ah, mais mademoiselle, je ne sais pas d'où vous tirez vos chiffres. Vous n'avez jamais travaillé (NDLR: ben oui, je sors des études), en plus vous avez été absente de France pendant un an (NDLR: ben oui, c'est le principe des échanges, mais c'est considéré comme un atout!)". Au final, la somme qu'il me propose correspond au 2/3 des salaires pour les ingénieurs débutants. Il me dit qu'après six mois, je peux demander une révision de mon salaire "si j'ai travaillé dur". Deuxième axe attaque: la vie personnelle. "Je vois que vous habitez à l'autre bout de Paris, envisagez-vous de déménager? Vous dites que vous êtes célibataire, mais êtes-vous vraiment célibataire?? Je connais ces situations où des femmes veulent rentrer plus tôt le soir pour aller rejoindre leur petit ami. Et si vous avez une heure de transport, vous ne resterez pas aussi tard que les autres" Là, la notion de "travailler dur" se précise, et avec elle le manque de respect total de mon potentiel futur employeur.

Clairement dégoûtée, je quitte cet entretien démoralisée. Même s'il est clair pour moi que c'est une personne non respectueuse de ses employés, il a tout de même réussi à me mettre un doute sur l'aspect monétaire: est-ce que j'ai vu trop haut?

Deuxième entretien à la suite. Première bonne nouvelle: le salaire que je demandais était correct: j'obtiendrai légèrement plus. Deuxième bonne nouvelle, voici des personnes qui considèrent leurs employé-e-s avec respect. On me précise qu'il y aura parfois des heures supplémentaires, mais que je pourrais les récupérer... On me dit que le poste est évolutif pour des personnes motivées, et que la plupart des personnes de l'équipe sont là depuis 5 à 10 ans.

Je vous laisse deviner quel job j'ai choisi?

 

Les commentaires sont fermés.