18/04/2011

Enceinte à Genève la suite: et en voiture, çà marche mieux ??

Suite à mes récentes tribulations dans les bus, je me suis dit que de me rabattre sur l'usage de la voiture était sans doute temporairement le plus rationnel. En effet, avec un bidon de 8 mois désormais, marcher plus de 200m me pose des soucis, et ce sans prendre en compte:

1. le sac de 5 kgs contenant l'ordinateur pour le travail

2. le bébé de 11 kgs qui bizarremment ne souhaite plus marcher ou prendre la poussette depuis que je n'ai plus la possibilité de le porter dans mes bras

Bref, j'ai donc décidé de me simplifier la vie pendant le mois qui vient et de me garer non loin de mon lieu de travail. Problème, la durée de stationnement étant limitée à une heure et les 200m pour aller bouger la voiture / changer le ticket (oui, ca m'arrive de changer le ticket... honte à moi) sont toujours autant pénibles (voir ligne 1), donc... il m'arrive de louper le coche et je reçois la bagatelle d'un PV par jour, ce qui est cher (NDLR: au rythme actuel, c'est bel et bien un quart de mon salaire qui va y passer)

J'ai donc décidé de tenter une expérience: jouer la franchise et dire mes difficultés actuelles. J'ai laissé un petit mot à destination des agents de police. Je vous laisse constater le résultat ci-dessous. Certes j'avais 40 mns de retard sur l'heure de mon ticket (honte à moi, le retour), mais je trouve qu'un peu d'indulgence n'a jamais tué personne. Peut-être que si la prune n'avait pas été placée ostensiblement en face de mon mot, j'aurais trouvé la réaction normale, là, je trouve... de mauvais goût disons.

 

 

photo.JPG

 

 

04/04/2011

Déclaration de bonne intention pour les entreprises?

Le site Career Women (http://www.career-women.ch/) propose une liste des entreprises et organisations favorables aux femmes (http://www.career-women.ch/page/entreprise.asp)

Contrairement à des mécanismes de certification (ex: http://www.equalsalary.org/), les entreprises et organisations qui implémentent des mesures favorables aux femmes et à la conciliation vie familiale/vie professionnelle peuvent faire une auto-déclaration de leurs bonnes intentions. Ce processus qui peut paraître contestable, puisqu'il n'implique pas de contrôle, m'apparaît malgré tout comme un bon début. En effet, il démontre la volonté de l'organisation/de l'entreprise d'avoir une démarche "différente" à l'égard des femmes ou d'intégrer la composante personnelle de leurs collaborateurs/collaboratrices dans l'organisation globale de l'entreprise.

Un autre point intéressant est de voir les critères mis à disposition. En effet, si certaines mesures représente une réelle innovation, d'autres correspondent selon moi à... la manière dont des ressources humaines modernes devraient fonctionner. Ainsi:

"Prise en compte des attentes personnelles des collaboratrices" (et collaborateurs!)
"Offres d'emploi systématiquement rédigées au masculin-féminin (ex. ingénieur-e)"

m'apparaissent comme des mesures nécessaires. Même au niveau des mécanismes plus spécifiques de gestion du temps:

"Possibilité de travail à la maison en cas de maladie ou défaut de garde d'enfants"

me semble être une simple conséquence du manque d'infrastructures. Si vous avez à votre disposition des services tels que le Chaperon Rouge, vous pouvez vous permettre - si vous le souhaitez - d'aller travailler toute la journée si votre petit est malade. En l'absence de ces services, c'est à l'entreprise d'accomoder la situation de manière à ce qu'un maximum de travail soit fait malgré la contrainte familiale.

Je vous invite à consulter la page career-women (http://www.career-women.ch/page/entreprise.asp) et à faire le cas échéant vos commentaires sur votre perception des entreprises citées et de leur engagement.

Aurore (aurore@yoursoftweb.com)

03/04/2011

Le congé maternité: une opportunité de faire un bilan sur soi-même?

Devenir parent pour la première fois peut s'avérer particulièrement déstabilisant. L'image que vous projetiez de vous-même change, et ce particulièrement pour les femmes: vous devenez aux yeux de tous une maman, parfois même avant d'être une femme, et vous pouvez donc vous interroger sur votre manière de vivre cette nouvelle existence.

Si je pourrais parler longuement des problèmes que cela entraîne et des clichés auxquels vous serez confronté(e) - Note de la Rédaction: une chronique récemment ouverte sur les quotidiennes s'y attelle d'ailleurs avec une certaine ironie - je veux me concentrer ici sur l'aspect positif de cette petite révolution.

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, dans votre nouvelle vie bien occupée de jeune maman, le congé maternité peut vous donner l'occasion de faire le point sur vous-même:

- réfléchir à l'éducation que vous donnez à votre enfant vous donnera l'opportunité de réfléchir à vos valeurs

- hors de votre quotidien bien réglé de femme active, vous pouvez être amenée à vous poser des questions que vous éludez en temps habituel et à monter l'un de ces projets qui vous tient à coeur mais dont vous avez toujours remis la réalisation à plus tard

 

Me concernant, cette période m'apparaît rétrospectivement comme une réelle transition dans mon existence: j'y ai appris à faire le tri entre les tâches que je réalisais par automatisme et celles qui constituaient un pas pour construire mes projets. C'est pendant ma grossesse que je me suis (re)mise à mon compte, et près de deux ans après et bientôt deux enfants plus loin, je ne regrette pas un seul des choix que j'ai fait à cette époque: nous sommes actuellement trois dans ma société, à travailler sur des sujets qui nous passionnent tout en gardant une flexibilité pour passer du temps avec notre famille ou pour nos projets personnels.

 

17:27 Publié dans Enfants, Femmes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mompreneur |  Facebook

01/04/2011

Tribulations d'une femmes enceinte à Genève: mon bon monsieur, de nos jours...

Petit coup de gueule de bon matin. Deux épisodes cocasses ces derniers jours...

Episode 1

Dans un bus bondé, avec mon gros bidon de femme enceinte, une dame prend pitié de moi et me propose sa place. Jusque là, tout va bien. Jusqu'à ce qu'une personne âgée ne vienne me taper sur l'épaule et me reprocher vertement de ne pas... lui céder la place.

Peut-on faire des priorités dans les personnes prioritaires? Devrait-on établir des degrés de mobilité limitée?

 

Episode 2

Dans une file d'attente, avec le même bidon de femme enceinte + un bébé de 16 mois sur la hanche, je me rends compte... qu'on vient de me piquer la place dans la file. Après une longue hésitation, je proteste, mais malheureusement, cela ne changera rien à l'affaire.

Argument utilisé: "être enceinte n'est pas être malade". Ah bon, parce que quand on est malade on est prioritaire dans les files d'attente? Ah ben voila, c'est çà qu'on ne m'avait pas dit...