26/02/2010

Une mère parfaite?


De tous temps, les femmes ont ete comparees a un modele.

Fut un temps, le  modele dominant etait indeniablement celui de la femme au foyer, veritable stakhanoviste des taches domestiques, epouse attentive et mere omnipresente.

Puis vint 1968 et la "libération" de la femme. Depuis ce jour, plusieurs modèles d'identification ont coexistés, offrant théoriquement une gamme complète de possibilités, de la femme au foyer a la business woman en passant par tous les dégradés.

Mais tous ces modèles ont en tous cas un point commun: on pourrait tous les intituler "wonderwoman".
Pour les femmes (et pas seulement pour les femmes d'ailleurs), mener à bien leur existence, en jonglant entre leurs différentes missions, est un véritable casse-tête.

Pour parler de ce que je connais (déjà) assez bien: avoir un très jeune bébé et mener une carrière et une présence associative est extrêmement délicat. On doit se remettre en cause à chaque étape, en évaluant à chaque instant ce qui est bien pour l'enfant, et les sacrifices qui sont acceptables.

Et surtout, quelque soit l'équilibre fragile que la famille aura trouvé, il se trouvera toujours quelqu'un pour critiquer ces options: pas assez ou trop de temps pour l'enfant, une éducation plus ou moins rigoureuse... toutes les options seront soumises à un crible rigoureux.
Alors si je ne devais retenir qu'une chose, ce sera la suivante: n'essayez pas d'être une mère (/une femme) parfaite, soyez la mère (la femme) que vous pouvez être. Faites ce que votre coeur vous dit et ce que votre enfant vous suggère, à sa manière.
 

Commentaires

Ma mère a toujours travaillé. Elle était enseignante. le soir quand je rentrais de l'école, j'enviais ces filles qui me disait que leurs mère les attendaient. Elles leur préparaient de très bon plats...

Au fait, je suis marocaine et j'ai grandi la-bas.

J'en ai un peu souffert dès lors, j'ai décidé de ne pas travailler quand j'ai eu mon fils et de m'en occuper jusqu'à presque ces 9 ans. J'aimais bien le chercher à l'école, l'emmener pour ces activités. Je l'ai vu grandir. Bon, il faut dire que la situation financière le permettait aussi.

je ne juge neullement les femmes qui décident de travailler, loin de là. je neles considère pas comme mauvais. Je ne fais que de donner mon point de vue.

C'est très dur pour ces mères de jongler entre la vie maternelle et professionnelle, surtout qu'en Suisse il n'a y pas assez d'aide.

Écrit par : la Franchise | 26/02/2010

"Alors si je ne devais retenir qu'une chose, ce sera la suivante: n'essayez pas d'être une mère (/une femme) parfaite, soyez la mère (la femme) que vous pouvez être. Faites ce que votre coeur vous dit et ce que votre enfant vous suggère, à sa manière."

Vous l'avez très bien dit! Des fois je dis à mes enfants que je ne suis pas parfaite, que je n'ai pas appris à l'école à être mère, que je l'apprend avec eux, que je les aime de tout mon coeur, que cela ne m'empêche pas d'être sévère (quand il le faut pour ce que je pense être) pour leur bien et que j'espère qu'ils m'aiment et continueront à m'aimer telle que je suis, avec mes défauts et mes qualités!

Je suis assez d'accord avec la Francise lorsqu'elle dit qu'en Suisse, la condition de la femme qui doit jongler entre sa carrière professionnelle et sa vie de maman, n'est pas très enviable!

Écrit par : Inside | 26/02/2010

Les commentaires sont fermés.